Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Eric & Marion
  • : Une expatriation en Angola, est-ce aussi difficile qu'on le prétend ?
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens

26 septembre 2009 6 26 /09 /septembre /2009 19:17
Eh oui, c'est la rentrée littéraire !
Après avoir fait notre migration annuelle vers le Nord, fuyant la rigueur de l'hiver austral angolais (air à 22° et mer à 19°, du grand n'importe quoi) et passé de fort sympathiques vacances, nous re-voilà, fidèles aux postes, les 3 pied-nickelés d'Impala ! A nous donc la 3ème année...

Pour démarrer en douceur ce trimestre, abandonnant femme et enfant (encore une fois !)  je suis parti avec 10 autres collègues à la régate Total, dite la Regatta. Mais où était-ce donc?
Par je ne sais quel miracle, que j'attribue à mon karma, je fus repéché d'un tirage au sort qui m'avait été contraire.

Bonne pioche car le séjour fut vraiment sympa. je vais vous le conter car car je vous sens fébrile.


Il était une fois, à Luanda, un gentil bus qui nous attendait en bas de la tour Total pour nous emmener à l'aéroport.

Certaines régatières  y étaient déjà, les veinardes, car nous mîmes 2h1/2 pour parcourir les 6 km, nous pensions finir à pied, c'est dire...

Finalement, d'immobilisme en arrêts nous arrivâmes à prendre l'avion d'Air France, hélas en éco ! Si vous imaginez bien, le siège confort qui vous ramène à la position foetale. Comme j'étais au milieu, mon voisin de droite avait mon couteau et mon voisin de  gauche ma fourchette, à deux ils réussirent à me faire manger...Pour la vidéo, pas de soucis, je suis passé maître dans l'art de choisir le mode, le film, le langage voire pause en tapant sur la télécommande avec mon front...

















Bon vous le devinez maintenant, avec la photo, nous avions rendez-vous sur les bords de la Grande Bleue où les pointus attendaient sagement dans le petit port de Cassis. Après le Paris-Marseille (non, je ne vous refais pas le coup du foetus) et le transfert depuis l'aéroport, l'équipe se jette sur les sandwichs et  les boissons, amplement mérités...
















Après quelques courses pour les petit déj's et les apéros (oui, un marin est un être fragile qui a besoin d'euphorisant !) nous découvrîmes la maison louée pour l'occasion, les hotels étant pris d'assaut. Bonne pioche encore : proche du centre ville, les pieds dans l'eau, spacieuse et avec une vue magnifique sur le Cap Canaille.
















Le lendemain, après un somptueux petit déjeuner préparé par maître Bruno, rendez-vous au port pour l'inscription et la régate d'entrainement de l'après-midi. Les 49 bateaux ont trouvé leur place dans le petit port de Cassis car on avait prié les propriétaires d'émigrer dans la calanque voisine de Sormiou.





















Vous l'avez compris, nous étions venu pour représenter le filiale Total Angola et nos collègues angolais arboraient fièrement leurs couleurs et drapeau. Héritage du marxisme-léninisme la faucille et le marteau ont été adaptés à l'Afrique, le drapeau national arborant la machette et l'engrenage !
Batuque ! (prononcez batuké) est, outre un instrument de musique, le nom de notre bateau, un joli 45 pieds Jeanneau.
L'équipage, habillé par Tania (extrème droite), est manifestement motivé, surtout que soleil et douce brise sont au rendez-vous. Alors, hop, allons-y pour l'entraînement...
















Sortie du port tranquille et début des réglages. On s'active pour mimer les virements de bord mais la pétole est là. La Méditerrannée est fidèle à sa réputation de calme sachant que le mauvais temps n'est jamais vraiment loin...hum !
Mario est bien joyeux. Il pense déjà à la Capeirinha géante qu'il va préparer dans 2 jours. Tous les équipages viendront à bout des 20l de cachaça amenés pour l'occasion !

















Alors que les filles sont concentrées sur la manoeuvre, je dirais même plus "au taquet", les bateaux passent péniblement une bouée vociférant "de l'eau, de l'eau" bien que les bateaux soient immobiles !!
Le skipper d'Aéroflotte, petit trouduc,  nous demande d'empanner (?) alors que nous sommes sous son vent, tous le 2 babord amure (pour les initiés). Mécontent de nos quolibets, il hisse le fanion jaune de réclamation déclenchant des hurlements de rire sachant que nous sommes en entrainement....

















Oh, oh ! le lendemain matin pluie et bourrasques nous accueuillent. Pas de petit dej sur la terrasse. Avis de coup de vent, force 7 attendue. Régate annulée le matin et tergiversation du comité de course l'après midi. De gros nuages noirs s'amoncellent sur Cassis. Malgré la présence d'un pro à bord et la motivation des équipages, la seconde régate est annulée aussi...Snif...
Les vannes célestes en profitent pour s'ouvrir et des oueds en crue prennent possession des rues de la ville !

Le 3ème jour, le vent se calme un peu (20 Knt) mais la houle est assez forte (2m). Ce sera un carnage pour les estomacs, certains bateaux abandonnant faute d'équipier valide. Nos angolais résistent assez mal et Mario doit être débarqué !
Super (et seule) journée de régate où nous finîment 18 puis 3ème dans notre groupe, finalement 20ème sur 49 au général.


Comme d'habitude dans ces belles histoires, un banquet a réuni tous les marins (sans Assurancetourix) pour la remise des prix, ce qui permis à Batuque de montrer toutes les beautés de l'Angola....

Ate proxima...
Partager cet article
Repost0

commentaires

Guillemette 27/09/2009 21:12


Je vois que les bateaux n'ont quand même pas été remplis d'eau par les trombes célestes !!! Ils commençaient les vendanges à BORMES !! J'espère que vous avez apprécié la fluidité de la circulation
automobile en FRANCE !! On a au moins cela même si nous n'avons pas de pétrole

Bonne continuation

Guillemette


Laure 27/09/2009 19:20


Haa! enfin du nouveau sur le blog!
J'ai rien compris à tes blagues de marin initié mais sinon beau résultat quand même! malgré la tempête, les annulations, les coéquipiers vomisseurs, 20e sur 49 c'est top!